Treasures of the Royal Courts (V&A)

Publié le par Liilly Lipp

Ce week-end, j’ai testé pour vous l’exposition Treasures of the Royal Courts (Stuarts, Tudors and Russian tsars), au Victoria & Albert Museum. Visible jusqu’en juillet, vous y découvrirez certains cadeaux diplomatiques faits par les Maisons Tudors et Stuarts, aux Tsars de Russie. La généalogie des Tsars russes ne me passionnant guère (pour le moment), j’avoue que je me suis plus attachée, à simplement découvrir, ce que cachaient ces deux grandes familles de souverains anglais.

Treasures of the Royal Courts (V&A)

J’ai découvert avec une certaine curiosité comment l’on faisait des miniatures. Vous savez, ces petits portraits que l’on portait en bijoux. Je me suis dit, qu’à cette époque, nous devions être « miniaturiste » de fils en fils. Même si les loupes et l’ancêtre des lunettes de vu existaient déjà, c’est un vrai travail à se casser les yeux… Bon, pour ceux qui ne sont pas fane des miniatures rassurez- vous : je n’aimerais pas non plus en porter ce n’est qu’un détail de l’exposition ! Vous y apprendrez, également, comment assembler le plus grand casse-tête que l’homme occidental n’est jamais inventé : l’armure. Vous découvrirez avec quels instruments de torture coiffure, les dames de la cour s’arrachaient les cheveux de la tête. Des peignes, des épingles et des broches en jade, nacre et autres pierres précieuses. La marqueterie, cet art tombé aux oubliettes, qui pourtant, révèle bien des secrets. Et enfin, le cauchemar de toutes les cuisinières [et pour toutes celles et ceux qui comme moi n’aime pas les dorures quand elles ne sont pas sur le fronton d’un château] : la vaisselle, dorée. Des carafes (ou cruches), des assiettes, des plats, des vasques, de pichets, des verres et des couverts dorés. Tout doré (recouvert de feuille d’or ?) Bon Dieu que c’est laid… Ils ne devaient pas beaucoup aimé le Tsar à qui ils les ont offert. Moi, un cadeau comme ça, je le fait fondre ! Et puis, il y a aussi un grand pélican blanc taxidermisé [j'aime inventer des mots], et quelques portraits royaux. La magnifique Elisabeth I (quasiment échelle 1 !), dernière Reine Tudor ; et Charles Ier, seul souverain anglais à avoir perdu la tête, au sens propre.

P.S.: avez-vous déjà visité Banqueting House ? Ca ne vous dit sans doute rien, mais c’est l’un des derniers bâtiments (existant et ouvert au public) de l’ancien palais Withehall. C’est notamment là que ce sus-cité de Charles Ier fut décapité. Ce sera une visite que j’effectuerai un de ces quatre matins…

Mon bilan : trop court et surpeuplé (d’où mon manque d’enchantement ?). Une seule pièce, dans la quelle s’engouffre 20 personnes, d’un seul coup. On est noyé d’information (en anglais), que je trouve vraiment intéressante. Vous avez le détail et la signification de chaque sculpture, de chaque gravure, de chaque micro-personnage sur chaque assiette ! En généalogie russes je suis une vraie bille, pardon !

Hall d'entrée, Miniature et ArmuresHall d'entrée, Miniature et Armures
Hall d'entrée, Miniature et ArmuresHall d'entrée, Miniature et Armures

Hall d'entrée, Miniature et Armures

Elisabeth I

Elisabeth I

Pour l’heure, c’est mon orteil droit qui a la migraine. Je dois vous avouez que lundi matin, après une nuit blanche à cause de la douleur, ma tête a bien cru que cet orteil devrait être, lui aussi, décapité. Mon pauvre orteil a attrapé un mauvais rhume, jeudi, et je l’ai forcé à rentrer dans des chaussures devenues trop petites. Je l’ai forcé à aller à la «SPA», je l’ai obligé à aller au badminton, à sortir, pour essayer un nouveau Thai, je l’ai contraint à découvrir cette expo (plus-haut). Et, en contre partie, mon orteil s’est vengé en détruisant tout espoir de Saint Patrick Party, en annihilant la soirée Franglish de mardi soir. Adieu London Calling, Adieu badminton, Adieu Hampton Court Palace (et son expo Secret of the Bed Chamber)… Certains disent, avec plus ou moins de philosophie dans l’âme, que «la plus belle invention de l’Homme, sa plus grande évolution, c’est son pouce opposable». Moi, j’ai aimé les cours de philosophie du lycée, au moins autant que la dérivée de cos². J’affirme remodeler l’arbre de Darwin en disant, que « les gros orteils ont aussi droit à leur part de gloire : l’Homme n’est rien sans gros orteils » (et ceci est vrai même avec un gros orteil partiellement défaillant) [La réciproque est vraie, naturellement !]

Et là, vous vous dites « mais… elle est folle ? » Non Papa je n’ai rien fumé. Non Mamema je ne me drogue pas ! J’ai l’orteil de mon pied droit qui passe par toutes les couleurs depuis jeudi. Et je n’ai pas voulu ralentir le rythme. Du coup, lundi matin, le (grand et vénéré) colocataire est venu avec moi aux urgences du St Thomas Hospital et chez un médecin. Du coup, après 4 jours de vidange manuel de mon pouce (pue + sang puis bétadine) je suis finalement sous antibiotiques et anti-inflammatoires. Mettre des chaussures est toujours un supplice, mais le rhume de mon orteil va beaucoup mieux !

Rêvons !Rêvons !

Rêvons !

Publié dans histoire, musée, V&A, kensington

Commenter cet article

effyx 28/03/2013 14:20

Youhou! je me promenais sur ton blog pendant ma pause repas du boulot pour regarder encore une fois la photo des jonquilles avec de le neige (j'adores les jonquilles...) Et je vois quoi?! Mon blog! HAHA :)
D'ailleurs mon histoire d'orteil apparement se serait un os félé! Mais il ne me reste qu'un mois ici alors je prefere soufrir et visiter plutot que de me reposer! :)

Mon orteil embrasse le tien tendrement :3

Liilly la Grenouille 28/03/2013 16:49

Mon orteil va mieux ! Il se glisse dans une converse 2h, pas plus, mais il peut enchainer avec une Dr Matens 4h facilement ! Il est encore noir-bleu, mais j'ai perdu la première peau lundi (Youpi) ! Je pense que ça va le faire ! A mon avis, mon orteil est moins malade que le tien, rien qu'un mauvais rhume !

Mon orteil pense très fort au tien ! Courage !