Doctors, Dissection and Resurection Men

Publié le par Liilly Lipp

/!\ Ames sensibles abstenez-vous de visionner les photos /!\

Doctors, Dissection and Resurection Men
Doctors, Dissection and Resurection MenDoctors, Dissection and Resurection Men
Doctors, Dissection and Resurection Men

Entre Barbican (et sa Rain Room) et Brick lane (et ses frip’), il existe un bijou architectural, comme un oasis au milieu des buildings. A la mi-février, je suis allée faire une virée au Museum of London (à ne pas confondre avec le British Museum) voir une exposition temporaire sur les docteurs (chirurgiens), les dissections, et la résurrection. J’y suis allée seule parce que personne n’avait l’estomac assez accroché pour m’y accompagner etquejaipasdamis.

Cette exposition, interdite aux -12 ans, vous plonge dans une suite de pièces sombres où seuls les ’moulages reproductions’ sont baignés de lumières. Elle retrace l’histoire de la chirurgie à partir du XIXème siècle. Elle raconte comment et à quel prix la médecine et la chirurgie ont pu avancées.

En 2006, un musée d'archéologie de Londres a fait des fouilles au cimetière de l'Hôpital Royal (à Whitechapel). Ce qu'ils ont trouvé était à la fois « extraordinaire et inattendu ». Les fouilles ont révélé de 262 sépultures : un mélange confus d'os qui portent des marques de dissections, d’autopsie, et d’amputation, mais aussi des os câblés (pour l'enseignement) et des animaux disséqués pour l'anatomie comparée. C’est la découverte la plus importante de ce type au Royaume-Unis. Elle a permis d’offrir une nouvelle vision de la dissection et du commerce de macabés. (En 1832, une loi sur l’anatomie est promulguée dans le but de permettre à la Science d’avancer tout en régulant le commerce de cadavres.)

C’est l’époque où les pilleurs de tombes font fortunes. Plus les tombes sont fraiches, mieux c’est ; et on sait se contenter de peu (enfants, vieux, animaux). Tout ce qui est cadavre y passe ; mais pas seulement. Trois chirurgiens anglais sont allés jusqu’à tuer pour se procurer un corps à disséquer. Ils ont été arrêtés, jugés coupables, pendus et disséqués à leur tour, pour le meurtre prouvé d’un petit garçon italien.

Certains croque-morts, ingénieur de leur époque, ont même inventé des cercueils anti-excavation pour permettre à leurs clients de pouvoir ressusciter tranquillement le moment venus. Quand la religion se mêle à la Science…

Le petit peuple, sans moyen avec ses tombes de fortunes, est beaucoup plus exposé aux pilleurs de tombes que les bourgeois avec leurs caveaux et ces cercueils-bonkers inviolables.

Une fois les corps prélevés dans les cimetières, ils se vendent au plus offrant : les hôpitaux publics et privés de Londres, mais aussi les particuliers qui ont soif d’embellir leur cabinet de curiosité.

Ces dissections n’ont pas seulement fait évoluer les cours d’anatomie, et la qualité des soins, cela a également permis de mettre au point des instruments chirurgicaux plus adaptés. Ils montraient notamment la différence entre deux jarrets d’agneaux, l’un amputé avec des instruments de l’époque, l’autre avec des instruments actuels. Je ne vous décrirais le nuage de poussières d’os. Mais comprenez qu’à l’époque, après une amputation en milieu hospitalier (hors front de guerre) dans 1 cas sur 2 le patient mourrait (gangrène, infection généralisée, …)

Progrès de la science ? Religion ? Inégalités de richesse ? Jusqu’à où doit-on aller pour la science ?...

Le devenir du corps après la mort est toujours une question de croyance autour du globe.

Le devenir de la science ne dépend plus de quelques chirurgiens mais de nous, et des nouvelles technologies. A nous de choisir de donner ou non notre sang, nos organes ou notre corps, d’être cobayes de laboratoire, ou d’y laisser sa place aux animaux. Et à nos chers amis chimistes, physiciens et ingénieurs d’inventer ! {A quand la thèse d’Antoine !}

Bref’, on ne va pas lancer de débat ici… (autour d’une pinte à 4h du matin ce sera mieux !)

Fin de l'expo le 14.04.13.

Doctors, Dissection and Resurection Men
Doctors, Dissection and Resurection MenDoctors, Dissection and Resurection MenDoctors, Dissection and Resurection Men
Doctors, Dissection and Resurection MenDoctors, Dissection and Resurection MenDoctors, Dissection and Resurection Men

 

Et maintenant vous allez tous lire : Tout ce que vous devriez savoir sur la science, de T.PINCH et H.COLLINS.

 

P.S.: Le St Thomas Hospital était l’un de ces hôpitaux publics. Il possédait à la base sept bâtiments, un pour chaque jour de la semaine pour savoir depuis combien de temps vous y étiez hospitalisés. Maintenant il n’y en a plus qu’un. [C’est là que Maxime est allé aux urgences en novembre !]

Publié dans science&nature, musée, lacity

Commenter cet article